transnord.png

Trans-Nord

 

Le pipeline Trans-Nord traverse présentement la rivière des Outaouais. Il s'agit d'un passage très critique en cas de déversement, car cette rivière s’écoule dans le lac des Deux Montagnes pour ensuite alimenter la rivière des Prairies, le lac Saint-Louis et le fleuve Saint-Laurent. Le réseau de production et de distribution d’eau potable de l’île de Montréal s’alimente à partir de ces sources d’eau. Un déversement majeur d’hydrocarbures dans la rivière des Outaouais ou l’un de ses affluents aurait pour conséquence de mettre en péril les sources d’approvisionnement des usines de filtration d’eau potable d’une grande partie du territoire de Vaudreuil-Soulanges et de la grande région métropolitaine. Par conséquent, l’alimentation en eau potable de 3 millions de personnes serait en péril.

À titre indicatif, la prise d’eau potable principale de la ville de Vaudreuil-Dorion est située à seulement 6 km du pipeline Trans-Nord.

Rappelons qu’en janvier 2015 une fuite d’environ 28 000 litres de diesel, dans la ville de Longueuil, a conduit à une crise en raison de la coupure en alimentation de l’eau potable. Ce déversement est de moindre envergure lorsqu’on le compare à celui d’un pipeline puisque les quantités qui s’échapperaient en cas de déversement se chiffrent en millions de litres de pétrole. Comme le pipeline de Trans-Nord transporte chaque jour 172 900 barils de pétrole, il y a un potentiel théorique de déversement de plus de 27 millions de litres de pétrole.

 

À l’heure actuelle, il n’y a pas de mesures particulières pour assurer la protection des prises d’eau potable et des cours d’eau. Comme la réglementation actuelle ne prévoit pas de critères rigoureux de performance garantissant la protection des prises d’eau potable, les conséquences qu’entrainerait un déversement du pipeline Trans-Nord dans la rivière des Outaouais seraient catastrophiques et mettraient en péril l’alimentation en eau potable de 3 millions de citoyens.

Le pipeline Trans-Nord à Saint-Lazare

Un an et demi après la découverte par une résidente, d’une section d'un mètre de pipeline exposée au-dessus d’un ruisseau dans un boisé de la municipalité de Saint-Lazare, sur le territoire de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, aucune solution permanente n’a encore été mise en place par Trans-Nord, bien que cette dernière a annoncé le remplacement de 500 mètres de pipeline au même endroit. 

Cette portion de pipeline se trouve à moins de cinq kilomètres de la rivière des Outaouais.

Rappelons que le pipeline Trans-Nord a été construit en 1952 et transporte plus de 27 millions de litres de carburant quotidiennement.

Depuis 2010, Trans-Nord a été prise en défaut à 11 reprises par l’Office national de l’énergie pour différents manquements.